× RIP ! L'équipe de développement annonce l'arête de développement du site.

 

Le désir de contrôler les divers éléments de la nature (matériaux, forces, énergies et information) s’est probablement manifesté dès l’apparition de l’homme sur terre car il répondait tout simplement à une préoccupation majeure: la survie.   Cependant, bien que des systèmes de régulation et de contrôle étaient observés dans divers systèmes  naturels : biologiques, chimiques, physiques, économiques, sociologiques, etc. ; il y’eut un grand retard, relativement à l’histoire humaine, dans la compréhension et la maîtrise technologique des systèmes de régulation et de contrôle.

Historiquement, moulins à vent et horloges ont été parmi les premiers systèmes qu’il fallait contrôler.  Mais le premier élément remarquable de contrôle des systèmes, réalisé par l’homme, reste, sans doute, le régulateur à boules qui a été réalisé lors de la révolution industrielle par le savant James Watt en 1788.  Ce dispositif servait à régler la vitesse des machines à vapeur de l’époque.

Mais c’est sous l’impulsion de la seconde guerre mondiale que N. Wiener mit en évidence la cybernétique révélant le principe et les mécanismes de contrôle des systèmes (le feedback).  Par Feedback ou rétroaction en français, on entend, l’observation de l’état propre d’un système et le retour d’information qui permet à un système de corriger son état par rapport à un état souhaité (corriger sa trajectoire par rapport à une trajectoire de référence, par exemple).

Parmi les systèmes développés à l’époque, on peut citer le guidage des missiles ainsi que le contrôle des procédés de fabrication industrielle.  De nombreuses contributions ont été apportées par Bode, Nyquist, Nichols, et autres.  Leurs travaux ont permis de donner des bases au contrôle des systèmes ayant une entrée et une sortie (Single Input Single Output ou SISO).  Leurs théories forment ce que l’on appelle aujourd’hui, la théorie classique du contrôle des systèmes.

Après la seconde guerre mondiale, la course vers la conquête de l’espace a encore poussé à partir des années 60, le développement de ces théories pour le contrôle de systèmes plus complexes.  Ce sont les travaux de Wiener, Kalman et autres qui ont permis d’établir des théories plus générales correspondant à des systèmes ayant plusieurs entrées et plusieurs sorties (Multiple Input Multiple Output ou MIMO).  Ces théories sont connues actuellement sous le nom de théorie moderne du contrôle des systèmes.

De nos jours, le contrôle des systèmes est devenu chose courante. Il concerne la régulation de température, la régulation de vitesse des moteurs, le guidage des missiles, les tentatives de substituer des systèmes technologiques à certains systèmes biologiques défaillants comme l’injection automatique d’insuline à des diabétiques.

Enfin, le contrôle des systèmes est un sujet  pluridisciplinaire d’une importance capitale dans le monde moderne.  Il le sera davantage dans le futur avec la compétition industrielle internationale qui s’installe, où il faut améliorer la qualité des produits, réduire les pertes, diminuer les prix de ventes, etc.

A propos de l'auteur :

a écrit 1 articles sur le site :).

Suivez moi sur :

2 Responses so far.

  1. Merci Ghizlane pour cette magnifique Introduction 🙂

Laissez un commentaire


  • RSS
  • Youtube
  • Digg
  • Facebook
  • Twitter
  • Linkedin
  • Partenaire

  • Articles :


    100 de100 | 100 vote 68 point de vue visiteur